En ce moment, j'écoute plusieurs chanteuses aux univers ou aux voix caractéristiques.

christine-and-the-queens21

Sans surprise, il y a déjà Christine and the queens, qu'on ne présente presque plus. Je n'aime pas tout l'album, mais j'apprécie les rythmes saccadés, proches des battements du coeur, et les souffles que l'on peut entendre, parfois. Je peux me passer en boucle "Saint-Claude" et  "Paradis perdus", ses deux tubes. J'ai tout de suite envie de marcher au rythme des paroles, voire de danser en cadencé. J'avais vu un de ses concerts diffusé sur Arte. La prestation était belle, mais les interventions parlées de Christine un brin décevantes. Sans doute faut-il être dans l'ambiance du concert pour ne pas sentir ce décalage entre la profondeur des textes, et la légèreté des transitions entre les chansons.
Sinon, l'esthétique travaillée par la chanteuse androgyne me plaît et participe à ce succès. L'ambiguité est un atout, je trouve.


 

Jeanne Added

On retrouve d'ailleurs cette ambiguité chez une autre, c'est Jeanne Added. Française d'une quarantaine d'années, ayant vécu en Angleterre, violoniste de formation, elle explose depuis la parution de son album confidentiel, "Be sensational". La couverture est superbe, d'entrée de jeu. La voix de Jeanne Added ainsi que certains de ses airs ont quelque chose d'hypnotique, comme sur "A war is coming", par exemple. Une chanson plus ancienne tirée d'un EP me fait le même effet : "Little red corvette". J'aime beaucoup la discrétion, la pudeur de cette femme derrière des morceaux qui tempêtent, qui frappent, qui attirent... La plus belle de ses chansons est sans nul doute "Look at them", qu'elle a a interprétée aux Victoires de la musique.


 

jain-premiere-partie-caloge

Dans un autre genre, j'écoute aussi Jain, aux inspirations africaines très nettes, à l'énergie concentrée. J'ai entendu cette toute jeune femme lors de cette même soirée télévisée des Victoires. Bizarrement, je n'ai pas reconnu celle que j'avais vue en première partie de Yodelice. Là, sorte de révélation avec le titre "Come" : une présence réelle, un rythme entraînant dans lequel je me retrouve, un aplomb tout en douceur. Je découvre l'album progressivement. J'y entends des influences très variées, un travail sur les sons, mêlant boîte à rythmes, claquements de mains, instruments de bric et de broc, jeux avec la voix un peu éraillée... J'aime beaucoup "All my days", ballade aérienne sur laquelle la voix de Jain est enveloppante.


 

raphaele-lannadere

Enfin, en attente, il y a celle que j'adore depuis "Initiale" et que je trouve dans les meilleures artistes : elle se faisait appeler "L" mais a dû comprendre que ce pseudonyme était problématique. Il s'agit donc de Raphaële Lannadère. J'ai eu la chance de la voir en concert dès ses débuts (il y a déjà quatre ans), et de la découvrir grâce à Fip, me semble-t-il (je bénis cette radio depuis des siècles !). Son titre le plus connu est "Petite". L'album, plein de pépites aux orchestrations savantes et envoûtantes ("Jalouse"), aux textes raffinés, rendait hommage à Paris, par exemple dans "Château rouge", et créait un univers particulier, parfois étrange, quasi baudelairien.
Elle est enfin de retour, cheveux coupés courts, avec un nouvel album que je n'ai pas encore écouté vraiment. Son premier titre semble être "Sur mon île". Je savoure à l'avance l'idée de retrouver les sonorités propres à cette chanteuse, à la voix enfantine et sensuelle à la fois.


 

Finalement, toutes ces femmes sont mystérieuses, je trouve. Est-ce cela qui me plairait en elles ?