Aujourd'hui, les dessins animés, pardon, les films d'animation, ne semblent plus vraiment s'adresser aux enfants. Ou plutôt, ils s'adressent au moins autant aux parents qu'à leurs chers bambins.  Le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est le cas du dernier Pixar,Vice versa. (A noter, le titre original est Inside out.) Il n'y avait aucun enfant présent dans la salle à ma séance.

vice-versa2

Le principe semble simple : on voit, dans la tête d'une petite fille, les sentiments gérer sa mémoire et ses émotions. La plus touchante est Tristesse, je pense, et son rôle est essentiel dans l'histoire. Mais je ne veux pas trop déflorer l'aboutissement du film, car Joie prend conscience de quelque chose de fort important.

Disons que le concept qui paraît binaire au premier abord, prend un tour plus subtil : on voit qu'avec l'âge, la petite fille mélange les sentiments, les additionne, les bouscule, et ne comprend pas toujours le décalage qu'il y a entre ce qu'elle ressent, ce qu'elle montre, ce qu'elle vit et ce dont elle se souvient. Tout cela lui permet de se construire. On assiste en effet à une sorte de mise en couleur de la pré-adolescence; et cela nous rappelle aussi la nôtre. 

Je reconnais avoir été touchée, bien malgré moi, par ce film d'animation. J'y allais pour un moment léger, qui s'est transformé en analepse de mon existence. Finalement, les Pixar et consorts réussissent l'exploit de "parler" aux adultes et de séduire les enfants grâce à des personnages attachants et drôles. Le tout est très coloré, dynamique, bien fini. La fin appelle une suite possible, bien entendu.

Précision : j'ai vu le film en V.O. donc je n'ai aucun avis sur le doublage par les acteurs français connus (Le Bon, Niney, etc...).