En trois jours, je suis allée voir au cinéma deux films : l'un pour me détendre, l'autre pour une actrice et un pays.

Papa ou Maman de Martin Bourboulon

papa ou maman

L'histoire est assez simple : un couple très équilibré décide de divorcer avec classe. Mais il y a trois enfants plutôt insupportables (et mal élevés) qu'il va falloir "répartir" entre les parents. Chacun d'eux a une promotion professionnelle à l'étranger : ils font donc tout pour se faire détester de leurs enfants, qui devront choisir avec quel parent vivre.
Cette comédie, même si elle est parfois attendue dans les procédés et ressorts comiques, laisse bien la place au rire. Marina Fois excelle en mère teigneuse agitatrice, et Laurent Lafitte m'épate de plus en plus. J'ai passé un agréable moment, car je ne voulais surtout pas avoir à réfléchir. La méchanceté purement gratuite et excessive des personnages était assez réjouissante, quoique parfois peu crédible. J'ai été très surprise de voir dans la salle des parents avec leurs enfants très jeunes regarder ce film...

 

Voyage en Chine de Zoltan Mayer

voyageenchine2

Yolande Moreau est une actrice que j'admire profondément. Je la trouve très belle, débordante d'humanité. C'est une femme aux silences merveilleux et profonds. Dans ce film, c'est d'autant plus vrai.
Liliane apprend que son fils est mort par le consulat de Chine. Obligée, à cause de l'administration, d'aller sur place pour récupérer le corps, elle découvre un pays totalement étranger et étrange, mystérieux et fascinant. C'est là qu'elle va devoir faire son deuil. A travers ce récit initiatique, on voit le personnage revivre peu à peu, en marchant dans les pas de son enfant, four amoureux de la province du Sichuan. L'image est souvent volontairement floue (on joue sur les différents plans), comme la perception du personnage, sans doute. Et certains éléments sont magnifiquement "effacés" ou mis en valeur, c'est selon.
Yolande Moreau est un véritable ciment, dans ce film. Elle le tient avec grâce. Les passages symboliques des marches qu'elle doit grimper sans cesse, l'omniprésence de la nature, la bonté des gens, la lumière des yeux de Y. Moreau : j'ai aimé ces éléments qui rendent ce film beau et profond.
Les étapes du deuil sont tournées avec délicatesse, et l'on perçoit bien celles-ci dans l'attitude de Liliane au fil des semaines.
Je suis ressortie assez émue de la salle de cinéma. La poésie inhérente à Yolande Moreau y est pour beaucoup.

voyagechine Moreau