Au mois de décembre, j'ai mis sous mon sapin quelques cadeaux choisis. Adorant Vivaldi depuis l'adolescence, et ayant découvert le contre-ténor Philippe Jaroussky dès ses débuts, j'ai opté pour le dernier album de celui-ci : Pietà, sacred works for alto. (Erato)

Le morceau que je préfère est le stabat mater RV 621 : tout en profondeur, partant de très bas et gagnant en puissance, ce morceau a jalonné plusieurs années de mon existence. (tout comme el Cum Deredit, en vidéo ci-dessous) A l'époque, j'avais la version de Gérard Lesne, immense interpète lui aussi.

En effet, Philippe Jaroussky fait partie des rares chanteurs à me dresser l'échine. Voix pure, incroyable de maîtrise, sorte d'incarnation parfaite d'un mélange subtil entre féminité et masculinité du chant. Parfois, sur certains morceaux, j'ai eu les larmes aux yeux. Quand la voix humaine parvient à un tel degré de beauté, je n'ai plus que ce recours.

 

Alors, je dois reconnaître que le dernier opus, malgré sa belle facture, malgré l'immense talent du soliste, ne m'a pas autant touchée que d'habitude. J'avais déjà été quelque peu déçue par le côté marchand d'un concert auquel j'avais assisté au théâtre des Champs-Elysées : Jaroussky avait son nom en grand sur l'affiche car il est "vendeur", mais il n'apparaissait sur scène que très tardivement.

philippe_jaroussky-

Ou encore que sa maison de disque ait joué sur sa "belle gueule" et son air délicat, je trouve cela assez grossier. Un tel talent n'a pas besoin de cela. Les chiffres de ses ventes parlent d'ailleurs d'eux-mêmes...

Je pense que depuis cette époque, je trouve que l'intention a quelque peu perdu de sa grandeur. Il manquerait comme un petit supplément d'âme à ce dernier album de l'ensemble Astaserse pour me faire frissonner comme il y a quelques années.

Alors, si vous voulez découvrir la voix enchanteresse de Philippe Jaroussky, je vous conseille d'aller plutôt vers le Stabat Mater de Pergolèse, ou vers les deux anciens Vivaldi interprétés par ce contre-ténor. Il y a aussi de nombreuses vidéos sur le net.

Allez donc pleurer !